Catégorie  Nos séries

Grâce à la rubrique « nos séries » les éditions Baudelaire vous proposent des articles à suivre au fil des semaines.
Mettre en page son manuscrit

Mettre en page son manuscrit

avant de transmettre votre œuvre à un comité de lecture chargé d’examiner votre ouvrage sous toutes ses coutures, il est nécessaire de respecter certaines règles de présentation et de bien mettre en page son manuscrit. En effet, un manuscrit correctement présenté est une excellente manière de mettre en valeur votre plume et d’éblouir les éditeurs, tandis qu’une mauvaise mise en page intérieure nuira fortement à son appréciation.
Les règles de base d’un dialogue

Les règles de base d’un dialogue

Les dialogues apportent du piquant à un récit. Ils transforment les actions les plus simples et permettent d’humaniser les personnages en leur insufflant une personnalité. Bien souvent, c’est grâce à la qualité d’un dialogue que nous nous attachons à un ouvrage plus qu’à un autre. Dans un récit, les instants de paroles sont facilement reconnaissables grâce aux guillemets et aux tirets. D’ailleurs, vous l’avez sûrement remarqué, ces marques de ponctuation sont nombreuses : guillemets anglais, guillemets français, tiret long, tiret moyen ou encore tiret court… Se perdre parmi tous ces signes typographiques n’est pas rare, et nombreux sont ceux qui les utilisent de la mauvaise manière lorsqu’ils mettent en page leur ouvrage.
Partie 3 : L'histoire des maisons d'édition

Partie 3 : L’histoire des maisons d’édition : Le XXIe siècle

Après avoir connu de grandes mutations plutôt favorables à leur développement durant les XIXe et XXe siècles, les maisons d’édition font face à un tout autre contexte. La littérature séduit de moins en moins la jeunesse et les classes populaires et, alors que la demande n’a eu de cesse d’augmenter durant ces derniers siècles grâce à la mise en place de la culture de masse, une nouvelle tendance émerge.
L'histoire des maisons d'édition partie 2

Partie 2 : L’histoire des maisons d’édition : Le XXe siècle

Après avoir étudié le grand siècle de l’édition dans le premier article de ce feuilleton, il est temps de se pencher sur le XXe siècle. À cette époque, la culture de masse se développe et la littérature occupe une place de plus en plus importante : le nombre de tirages et de ventes augmente considérablement. De nombreux prix littéraires encore célèbres aujourd’hui sont mis en place : le prix Goncourt (1903), le prix Femina (1904), le prix décerné par l’Académie française (1914), le prix Renaudot (1926), le prix Interallié (1930), le prix des libraires (1955), le prix Médicis (1958) et le prix Maison de la Presse (1970). Par ailleurs, de grandes maisons d’édition voient le jour comme Albin Michel en 1902, Grasset en 1907 et Gallimard en 1911.
Partie 1 L'histoire des maisons d'édition

Partie 1 : L’histoire des maisons d’édition : La Renaissance

Afin de retracer l’histoire des maisons d’édition, il nous faut remonter au XVe siècle, lorsque l’imprimerie fut inventée par Gutenberg. Cette révolution technique a permis une meilleure diffusion du livre, en facilitant sa production et en diminuant son prix. Il n’était alors plus réservé à l’élite, le savoir pouvait se propager : la Renaissance se préparait.
L'histoire des maisons d'édition intro

Notre Feuilleton – L’histoire des maisons d’édition en 3 parties

De l’invention de l’imprimerie par Gutenberg au développement des liseuses et des livres audios, le rôle et le mode de fonctionnement des maisons d’édition ont bien évolué au fil des siècles. Afin d’y voir plus clair, les Éditions Baudelaire vous proposent un feuilleton complet dédié à cette histoire riche et variée. À travers trois articles présentés de façon chronologique, découvrez les mutations qui ont bouleversé le monde du livre !